L'enseignement supérieur français accueille plus de 278 000 étudiants internationaux.

Cinquième puissance économique, la France est aujourd'hui au troisième rang mondial pour l'accueil des étudiants internationaux. Elle mène depuis toujours une politique d'égalité de traitement des étudiants français et étrangers. Exemples : les frais d'inscription sont identiques pour tous et fixés, pour les diplôme nationaux, par le gouvernement, et tous les étudiants bénéficient des mêmes droits sociaux, quelle que soit leur origine (sécurité sociale, aide au logement).

Les dépenses en matière d'enseignement supérieur représentent environ 23 milliards d'Euros chaque année. Le financement est très majoritairement public (87 %). Cela représente un investissement moyen de 10 800 Euros par étudiant, quelle que soit sa nationalité.

Avec  278 000 étudiants étrangers  (12% de l'effectif  étudiant total, dont 25 000 doctorants), La France se situe au troisième rang des pays d'accueil,  après les Etats Unis (535 000) et la Grande Bretagne (340 000).



Les établissements français délivrent des diplômes conformes aux normes eurpopéennes,  basées sur une architecture commune appelée "LMD" (pour Licence, Master, Doctorat). Ces diplômes sont largement reconnus et appréciés de part le monde.

Etudier en France, c'est aussi  l'occasion d'apprendre le français ou d'en parfaire sa maîtrise. Et de rejoindre ainsi 250 millions de francophones qui pratiquent la langue olympique, la langue de l'ONU ou la langue officielle et de travail de l'Union Européenne.

Les étudiants étrangers - quelle que soit leur nationalité - bénéficient en France des mêmes droits et des mêmes avantages que les étudiants français. En dix ans, le nombre d'étudiants étrangers en France à crû de… 75 % !